Quand la mairie de Limoges organise une réunion avec les représentants des parents d’élèves des écoles de la ville 

CR Réunion plénière du 9 mars 2016, avec la mairie

Qu’elle est difficile la pratique démocratique !

On croit s’en rapprocher en assistant à la naissance d’une assemblée et elle s’évapore dans un sourire narquois (celui de M. Jalby, ravi de s’en sortir à si peu de frais).
Le principe premier, car il en existe, c’est qu’une réunion de concertation ne doit pas déboucher sur un vote. Si la mairie souhaite que des délégués viennent voter, ceux-là doivent avoir questionné les parents et venir avec un mandat : le vote majoritaire obtenu dans leur école. Ainsi ces parents seront représentatifs et autorisés à voter.
Nouvel indice de ce marché de dupes proposé par la mairie : les délégués ne devront pas être les mêmes d’une réunion à l’autre. Vieille combine qui permet de rester maître du jeu.
L’objectif de la mairie est clair : lasse d’entendre les parents dénoncer son autoritarisme et réclamer pour le moins des consultations, elle organise des réunions qui se font à sens unique, avec des votes à mains levées sans consultation des autres parents d’élèves, ne laissant que peu de place à la parole contradictoire.
Le Collectif va donc poursuivre son travail, participer pour voir, mais continuer à fabriquer ailleurs la mobilisation des parents.
Non la réunion n’a pas servi à rien : une fois de plus la mairie recule sur le Périscolaire* face à la mobilisation, mais c’est hors Assemblée que cela s’est construit, lors de nos échanges et réunions. La mairie n’a pas réussi à transformer, pour des soucis économiques bien plus que de sécurité, les écoles en bunkers. Mais elle essaiera de nouveau et nous devons être vigilants.
La lecture du texte liminaire écrit par certains parents a laissé M. Jalby insensible. Sa réponse fut « C’est moi qui décide ». Chacun sa vision de la démocratie… Mais c’est un signe fort de la volonté de la mairie d’utiliser cette réunion plénière pour ses propres intérêts plutôt que pour initier le dialogue avec les parents.
Pour le Périscolaire, la nouvelle plaquette est déjà prête. Et on propose un vote. Plusieurs questions se posent : Qui a un mandat ? Pourquoi les délégués décideraient-ils à la place des parents de l’école ? On ne sait pas. Plusieurs parents soulèvent le problème, disent qu’il ne sont pas contre (comme on l’a dit plus haut, il y a de réelles avancées), mais qu’ils n’ont pas de mandat pour voter au nom de leur école, qu’il faut que chaque délégué consulte les autres parents, que rien de tel n’était prévu, mais ils gênent semble-t-il le déroulé de la réunion. M. Jalby décide et les parents doivent être d’accord. Le vote a lieu, ces parents, fidèles aux règles démocratiques, s’abstiennent. Sujet suivant.
Le sujet suivant est rapidement traité.selon la mairie, il y a peu d’erreurs, peu de problèmes, c’est à la marge et c’est un souci d’imprimante. (On ne rigole pas, merci !) Quant aux forfaits, elle avance qu’un gros travail a déjà été fait, et il n’est semble-t-il pas question de revenir dessus. Elle ajoute que, d’ailleurs, cela a généré beaucoup d’économies ! Combien ? On ne sait pas, ce n’est pas chiffré. On pourrait rire, si ce n’était pas si grave. A priori, après la non-consultation en vigueur pendant 2 ans, la mairie adopte une autre stratégie : prendre les gens pour des imbéciles. Sujet suivant !
Le sujet suivant concerne les fermetures d’écoles. La mairie a décidé, ça n’est plus à l’ordre du jour. Elle ajoute qu’elle se battra l’an prochain pour qu’il n’y ait pas de fermetures de classes. Comme ces décisions sont de la responsabilité de l’Inspection Académique, on peut penser que le jeu de dupes se poursuit. L’un ferme les écoles, l’autre les classes et année après année, le nombre moyen d’élèves par classe augmente. CQFD.
Cette réunion trimestrielle va servir la communication de la mairie qui mettra en avant la consultation des parents. On imagine déjà la plaquette. Dans les faits, la pratique n’est pas démocratique, les parents sont appelés à suivre les décisions et de toute manière il est hors de question pour la mairie de fabriquer une instance ne serait-ce que consultative. C’est la chambre d’enregistrement et de transmission.
C’est dommage. Le Collectif comptait faire des propositions, mais il se heurte à un mur. Il ne baisse pas les bras et appelle tous les parents qui le souhaitent à le rejoindre. Nous devons réfléchir et fabriquer ensemble. Les parents sont pris pour des imbéciles, les enseignants moqués. A suivre.
Vos avis ? 

Vous souhaitez amender ce compte-rendu ?
*nouvelles propositions :

16H-16H30 : récupération libre.

16H30-17H15 : en cas de contraintes régulières ou exceptionnelles, les enfants pourront être récupérés en cours de séquence.

17H15-18H15 : récupération libre, sauf pour les enfants en atelier.

Publicités

Compte-rendu Réunion du Collectif Gratuité Périscolaire (5 mars)

05.03.2016, 16H-18H, Limoges.

Plusieurs écoles sont représentées, les échanges sont constructifs. Les parents souhaitent trouver des solutions, porter des propositions et travailler ensemble.
Les parents présents sont unanimes et déplorent d’une manière générale la méthode employée par la mairie : les décisions, parfois inconsidérées au vu des conséquences et des reculs successifs, sont prises à la va-vite et imposées sans concertation. On est loin de la démocratie participative mise en avant par la Communication.
Pourtant, face aux réactions des parents des différentes écoles, déterminés à ne pas subir sans rien dire, la mairie a fini par proposer une réunion plénière pour échanger sur les sujets qui font polémique. Quel est son objectif ? Consultation, concertation, discussion, recherche d’un compromis, d’un intérêt commun ? Nous verrons.
Quatre points ont été abordés ce samedi (deux autres seront abordés une autre fois) :

– Le périscolaire

– La facturation cantine

– Les fermetures écoles

– Quelles formes peuvent prendre ces réunions qui nous rassemblent depuis 1 an et demi ? Collectif, Assemblée…?

– Transports financés par la mairie

– Non-remplacement du personnel enseignant (Rectorat), du personnel ATSEM (mairie).
Le périscolaire

Du fait de l’état d’urgence ou du plan vigipirate, les parents ont rappelé que le rassemblement provoqué par la récupération des enfants restreinte entre 17H10 et 17H20 allait à l’encontre des préconisations.

Les écoles ont-elles vocation à devenir des bunkers ?

Les parents, s’ils pensent qu’il ne faut pas faire n’importe quoi, ne pensent pas non plus qu’il faille verrouiller tous les compartiments de la vie.

D’autre part, s’il est compréhensible que les parents puissent respecter les horaires des études fermées et des ateliers, il est étonnant de demander aux parents qui sortent du travail et dont les enfants sont en garderie ou en études ouvertes d’attendre 17H10 ou 18H (s’ils sont arrivés en retard du fait du travail ou du trafic automobile…) afin de récupérer leur progéniture qui dans le meilleur des cas est à l’école depuis 8H30 du matin.

Concernant les ateliers et les études fermées, il semble aberrant d’interdire absolument la récupération de l’enfant ou des enfants en cas de nécessité. Les parents ont besoin de souplesse.

Autre problème évoqué : dans certains cas, il n’est pas possible dans les 10 minutes proposées de récupérer un enfant en maternelle et l’autre en élémentaire.

Les parents rappellent qu’ils ont signé un contrat Périscolaire et qu’ils ne voient pas pourquoi des changements interviendraient en cours d’année.

La mairie peut embaucher plus de personnel pour que le système fonctionne, les parents payent le périscolaire mais aussi des impôts…

Enfin, les parents de maternelle souhaitent que soient distingués le périscolaire et la cantine sur les factures reçues, afin de bénéficier des aides pour garde d’enfant (maternelle).

Des parents demandent pourquoi les ateliers ne commencent qu’avec la 2nde séquence, d’autres s’insurgent contre le comptage des enfants en période hivernale (maladies…) pour revoir le nombre d’intervenants, voire fermer les garderies (l’an dernier).
La facturation cantine

Les forfaits n’offrent aucune souplesse (organisation selon la semaine papa ou maman, emploi du temps atypique, médical, fluctuant selon les semaines…) et n’amènent rien à l’organisation. Quel influence sur le gaspillage ? Les cuisines prennent-elles en compte le nombre réel d’enfants ?

Le fonctionnement avec forfait ne propose aucune souplesse, est injuste et cause de nombreux dysfonctionnements : repas lors des sorties scolaires non remboursés, maladies et certificats médicaux (refus de certains médecins), nombreuses erreurs de facture, les délais de rétractation sont trop longs.

Les parents proposent le retour au paiement par repas, plus simple. Les parents payent les repas effectivement pris. Comme avant…

Rappel : Enfin, les parents de maternelle souhaitent que soient distingués périsco et cantine sur les factures reçues.
Les fermetures écoles

La mairie s’occupe des inscriptions, des fermetures d’écoles et l’Inspection Académique des fermetures de classes. N’assiste-t-on pas à une gestion des établissements et des personnels qui visent à une augmentation réfléchie du nombre d’élèves par classe, sur toutes les écoles de Limoges ?

Suite au dernier Conseil Municipal, un recours sera déposé dans les jours qui viennent au Tribunal Administratif par les élu-e-s PS. A suivre : la mesure peut-elle être suspendue ?

Les arguments en faveur des fermetures ont paru suspects aux parents : état des bâtiments quand certains sont en parfait état (on se rappelle de Saint-Trojan…), classes plusieurs niveaux défavorables aux enfants ??? On enfume, on enfume… Les élèves se retrouvent disséminés dans les écoles de la ville, les parents de Bellegarde vont devoir faire des kilomètres et se battre pour conserver de la vie, du lien humain dans leur quartier.

Combien d’écoles seront touchées l’an prochain ? Quels seront les arguments ? Que faire ? Sans oublier les écoles touchées cette année.

Les arguments sont économiques. Ce sont des choix budgétaires.
Collectif, Assemblée : quelles formes pour l’avenir ?

Ce qui ressort du débat, c’est que les relations avec la mairie sont exécrables, que les décisions sont subies, sans concertation, sans préavis et que les arguments sont essentiellement économiques et/ou sécuritaires et ne prennent pas véritablement en compte les enfants, et encore moins les familles.
Le Collectif peut offrir un lieu de débat, d’échange, rester informel et accueillir en son sein tous ceux et toutes celles qui le souhaitent. Il peut être interpellé comme il l’est depuis plus d’un an maintenant par des parents qui cherchent de l’information et souhaitent opposer à des décisions ineptes une positionnement collectif et raisonné dans l’intérêt de l’enfant, des parents, de l’école. La mairie a souvent tendance à oublier qu’elle fait certes des choix budgétaires mais que c’est aussi l’argent argent de nos impôts qu’elle gère et que le mépris n’a qu’un temps. Le Collectif ne s’occupe donc plus seulement de la Gratuité Périscolaire (qu’il ne faudrait peut-être pas éluder…), mais des différents problèmes rencontrés par les parents dans leur quotidien, au niveau de l’école et dans leur rapport à la mairie. Il s’agit d’obtenir la démocratie participative tant annoncée !
L’idée d’une Assemblée des parents est apparue au cours de la discussion. Des délégués des différentes écoles pourraient se réunir et cette assemblée permettrait aux parents d’écoles différentes d’être en relation les uns avec les autres, de réfléchir collectivement tout en prenant en compte les spécificités de telle ou telle école.

Des parents non-élus sont intéressés par ces débats, il faudrait donc voir comment leur permettre d’avoir une place.

Suspension des (nouvelles) nouvelles modalités du périscolaire a Limoges

Suite à une réunion à l’école Jules Ferry à Limoges (soumise au même régime que les autres écoles mais plus virulante dans ses protestations : http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2016/01/29/periscolaire-les-parents-deleves-limougeauds-de-jules-ferry-gagnent-du-temps_11759374.html ), la mairie annonce officiellement ce que les parents des écoles de Limoges ont observé depuis une semaine : les nouvelles modalités du périscolaire sont suspendues jusqu’à mi-mars.    Une réunion sera organisée d’ici là avec un représentant de chaque école. 

Mobilisation contre la fermeture de trois écoles à Limoges

https://www.change.org/p/lemaire-ville-limoges-fr-sauvons-l-école-de-l-abbessaille-de-limoges?recruiter=473648114&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

Lundi 25 janvier, une soixantaine de personnes s’est réunie devant l’hôtel de ville de Limoges pour protester contre le projet de fermetures des écoles du Présidial, de l’Abbessaille et Bellegarde.

Image 1

Le 26 janvier, l’adjoint au Maire s’explique dans la presse : http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2016/01/26/fermeture-de-trois-ecoles-a-limoges-cest-le-nombre-de-classes-qui-a-dicte-notre-choix_11754079.html

Pour soutenir les parents : pétition à signer en ligne : https://www.change.org/p/lemaire-ville-limoges-fr-sauvons-l-école-de-l-abbessaille-de-limoges?recruiter=473648114&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

 

 

 

La mairie de Limoges défie de nouveau les parents 

https://www.change.org/p/collectif-gratuité-périscolaire-emile-roger-lombertie-non-à-une-nouvelle-organisation-du-périscolaire-à-limoges

Via la Réforme des rythmes scolaires, le Périscolaire a été imposé aux enfants et aux parents, puis les changements d’horaires, puis, à Limoges, la facturation. Une nouvelle fois, les parents apprennent, quatre jours avant la mise en application, que les conditions de récupération des enfants changent, avec l’impossibilité organisée d’aller chercher son enfant. La décision a été prise, comme à chaque fois, sans aucune concertation. Les parents, qui ne choisissent pas leurs horaires, et sortent d’une journée de travail, devront attendre devant l’école. Parents qu’on accuse ensuite de ne pas passer plus de temps avec leurs enfants. De qui se moque-t-on ? Les enfants, à l’école depuis le matin, souhaitent, eux aussi rentrer chez eux.    Nous demandons l’abandon de cette mesure injuste qui ne prend en compte ni la vie des enfants, ni celle des familles et met une fois de plus les animateurs dans une position difficile.

Signez la pétition :  https://www.change.org/p/collectif-gratuité-périscolaire-emile-roger-lombertie-non-à-une-nouvelle-organisation-du-périscolaire-à-limoges

petition periscolaire janvier 2016

 

Quand le Maire de Limoges refuse de répondre à des questions simples sur la gratuité périscolaire

C’est avec grand intérêt que le « Collectif Gratuité Périscolaire Limoges » a suivi le Conseil Municipal du mercredi 19 novembre 2014 et plus particulièrement l’épisode 18/27 de la video visible en ligne sur le site de la mairie (début : 2h14), concernant le Périscolaire.

Nous avons écouté les interventions des conseillers municipaux et les réponses de M. Lombertie et de son adjoint M. Lafond.

Conseil Municipal 1911-2

Nous avons été étonnés d’entendre M. Lombertie et M. Lafond nier la réalité, mettre en doute les informations apportées, insulter, par là même, les contradicteurs, les accusant d’ «incompétence » et de «malhonnêteté intellectuelle caractérisée » et refuser de répondre aux questions posées concernant le Périscolaire.

Nous voilà, donc, nous aussi, obligés de communiquer afin de rétablir les vérités, car force est de constater que l’équipe municipale continue à naviguer à vue et est incapable de répondre aux questions et aux urgences.

Oui, les études sont payantes aux Portes Ferrées puisqu’elles apparaissent dans l’Option 2 (élémentaire) qui est tarifée.

Oui, d’une école à l’autre, les conditions d’accueil diffèrent et ce n’est pas la mise en place de l’ALSH qui arrangera cette inégalité de traitement.

Non, les informations ne sont pas tirées d’ «articles non signés (…) à peu près dignes des courriers anonymes de dénonciation qui fleurissaient à une époque sombre de notre histoire »  : elles viennent de la plaquette proposée par l’Association à qui la mairie a confié l’organisation du Périscolaire.

De deux choses l’une, soit ces messieurs mentent ou évitent d’aborder le sujet car ils sont en difficulté (que de reculades non avouées depuis le Conseil municipal du 8 juillet !), soit ils ne connaissent pas le dossier.

Que penser d’un adjoint qui au lieu de répondre aux questions qui lui sont posées évoque l’état d’insalubrité dans lequel seraient les établissements scolaires du 1er degré ? Que penser d’un adjoint qui lit son intervention après que M. son maire lui a donné la parole avec ces mots : « Vous pouvez vous lâcher » ?

Pour tous ceux qui ont suivi le Conseil Municipal, ce fut la consternation d’assister à un spectacle aussi affligeant.

Les factures seront bientôt dans les mains des parents. Il va donc falloir sortir les chéquiers parce que nos enfants, pendant que nous travaillons, restent à l’école jusqu’à 18H15. Le Collectif maintient la mobilisation, soutenu par des citoyens et citoyennes de plus en plus indigné-e-s et pose une nouvelle fois ces questions simples :

Nous payons beaucoup d’impôts à la ville de Limoges, payons une cantine très chère. Est-il normal de nous faire payer encore, pour le Périscolaire ?

Pourquoi imposer la tarification sans passer par les Conseils d’École, sans même siéger  ?

Pourquoi organiser une différence de traitement entre les écoles, entre les quartiers, entre les parents, entre les enfants ?

La mairie souhaite-t-elle, à terme, ne plus s’occuper du Périscolaire afin d’externaliser puis de privatiser ce qui était un service public et gratuit ?

Et d’ajouter :

Merci M. le maire, la vie n’était pas assez chère !

Gratuité = Égalité !

Le Collectif Gratuité Périscolaire Limoges

collectifgratuiteperiscolaire@hotmail.com